Drask, Doc' Drask ! [ACCEPTÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Drask, Doc' Drask ! [ACCEPTÉ]

Message par Drask le Mar 10 Juin - 22:05

Les bas-fonds de Thayd. Ces lieux n'étaient guère propices à l'attardement ou la contemplation. Déjà que la ville en général avait plus des allures de décharge que de lieu de rassemblement pour les Exilés, il semblait ici que les Exilés avait tout fait pour illustrer avec brio la définition du mot crasse. Du mendiant à la toux grasse, en passant par l'amante tarifée ou le revendeur à l'allure peu recommandable, on pouvait y croiser tout une sous-culture digne de figurer dans la propagande anti-exilé du Dominion.

La température était supportable et il ne pleuvait pas ce jour-là. Pourtant, dans une ruelle pouilleuse de ce précieux écosystème, une silhouette imposante vêtue d'un pardessus progressait d'un pas lourd. Il s'agissait visiblement d'un granok, et il aurait pu se fondre dans la masse d'individus étranges et douteux si le-dit pardessus n'avait été d'un jaune fluorescent digne des plus beaux gilets de sûreté Protostar. Cette belle couleur, alliée à son absence de bottes, ne permettait guère de prendre le promeneur au sérieux, alors que sa carrure aurait pu en impressionner plus d'un dans un autre contexte. La démarche pesante mais assurée, l'incroyable curiosité jaunâtre dissimulait son visage à l'aide de la capuche du vêtement, tandis que sur ses épaules, un sac épais en cuir solide rebondissait au rythme de ses pas.

Sous les regards curieux des habitués, le marcheur s'arrêta à une intersection, observant sous sa capuche les divers chemins possibles. Il fouilla dans sa poche pour en sortir un morceau de papier où un plan sommaire semblait gribouillé.

-Hé ! Hééé m'sieur !

La voix étranglée mais forte fit tourner la tête au granok, révélant un regard vert sous des arcades sourcilières droites et prononcées. Sur le côté, l'individu l'ayant ainsi pris à partie resserra ses jambes maigres contre son torse et replaça sa couverture miteuse sur ses épaules.

-Z'auriez pas une petite pièce pour un pauvre mendiant ?

Le pardessus jaune et l'humanoïde en dessous le considèrèrent pendant de longues et silencieuses secondes, puis, dans un froissement de toile cirée, le fluorescent rejoignit le crasseux.

-Je crains de n'avoir aucune pièce sur moi pour le moment, déclara le géant, le visage baissé vers l'homme assis.

-Et vot' montre que j'vois briller sous la manche là !

D'un geste vif et assuré, pour quelqu'un dans un aussi pitoyable état, le mendiant tira à lui le bras et saisit le bracelet en acier qu'il avait entraperçu. Dans un léger cliquetis, ce qu'il avait accroché de ses doigts squelettiques dégringola jusqu'au bas du poignet. L'homme fronça les sourcils.

-Je doute que tu en tires quelques richesses.

Réalisant soudain ce que c'était, le mendiant relâcha la menotte d'où pendait une chaîne brisée. Le granok en pardessus la fit alors tranquillement remonter le bras, à l'abri sous sa manche.

-Pardon m'sieur ! J'veux pas d'ennuis m'sieur !

Il se recroquevilla un peu plus sur son tapis en n'osant plus croiser le regard du colosse. Ce dernier le considéra un instant puis reprit la parole. Il ne semblait fâché en aucune façon, sa voix était toujours aussi grave et posée.

-Dis-moi, possèdes-tu la capacité à frapper contre une porte en vue d'un paiement ?

Le visage du mendiant se complexifia dans un faciès d'incompréhension.

-------

Borek frappa de trois grands coups de poing son téléviseur dans le but d'ajuster sa réception. Le visage d'un clone de Protostar apparut alors plus nettement à l'écran, tandis qu'il vantait les mérites et bienfaits, pour les poumons, de l'hébergement en haute-altitude. Le granok à l'allure de brute eut un ricanement en se rasseyant dans son canapé défoncé. Son taudis, perdu dans une ruelle des bas-fonds, lui suffisait amplement. Résumer l'endroit en quelques mots aurait été facile : bières, magazines peu recommandables, crasse, rouille, étroitesse, toilettes et sandwichs. Borek n'avait jamais souhaité s'installer autre part, son travail consistait à tabasser deux trois commerçants dans les bas-fonds pour le compte de quelques types souhaitant contrôler les pouilleux du coin et s'assurer des revenus réguliers. Ce granok n'avait pas de plans d'avenir plus précis que se lever et aller chercher une autre bière. Borek, pour ainsi dire, était un petit peu un con, ce qui n'avait guère d'importance à l'instant, mais compterait un peu plus tard.

Le nez dans son frigo débranché à la recherche d'une bière pleine, il se redressa en grognant lorsque trois coups se firent entendre à sa porte. Ne se rappelant pas avoir commandé à manger au Skeech Nauséeux, il fit les trois pas qui séparait sa cuisine de son entrée et ouvrit la porte.

-B-Bonjour.

Borek baissa les yeux sur l'humain chétif et sale qui lui faisait face. Son odeur laissait penser qu'il avait dormi dehors ces derniers jours, et Borek était sûr de l'avoir déjà vu mendier dans une rue de Thayd.

-Tu veux quoi l'asticot ? Grogna le granok dans un grondement grinçant.

L'humain dut s'y reprendre à deux fois pour espérer formuler une parole compréhensible.

-On m'a dit que vous offriez de l'argent contre des massages zéro-tic et bien que j'ignore ce que héros-tique signifie, j'ai déjà massé les pieds de ma grand tante une fois pour ses rhumatismes et elle avait dit que...

Le granok emplit son imposante cage thoracique et coupa court aux bêtises qu'il était en train d'écouter dans une déclaration brève mais claire.

-Dégage avant que je te transforme en tapis d'entrée !

La porte claqua et les gonds eurent une plainte douloureuse alors que Borek retournait dans son canapé, l'esprit colérique. Il n'avait jamais été dérangé de la sorte avant, les gens avaient appris à se méfier de lui, surtout lorsqu'il chantait, ivre à trois heures du matin. D'où pouvait bien sortir ce petit ver insignifiant et quelle mouche l'avait donc piqué pour venir jusqu'à lui et oser pareille chose...? Peut-être devrait-il sévir dans les prochains jours pour rappeler au quartier qui il était.

Mais il n'eut pas l'occasion de penser à sa stratégie d'action. Son fil de pensée fut interrompu à la vue d'une épaisse silhouette, en pardessus jaune fluorescent, se tenant entre la télévision et son canapé, un résonateur à l'allure primaire en main.

-Bonjour Gorek. Dit calmement le géant jaunâtre.

L'hôte mit quelques secondes à se ressaisir et à réunir tout son intellect pour passer de la stupeur à la colère.

-C'est quoi ce bordel ? Qu'est-ce que tu fous chez moi, toi ?!

Le colosse en pardessus fit un signe léger de l'arme, invitant Borek à se rasseoir dans son canapé défoncé, qui se plaignit une nouvelle fois en recevant le postérieur de son possesseur.

-J'imagine que tu ignores qui je suis, caché sous mes vêtements, et bien je vais...

-Pas la peine de faire le malin. J't'ai r'connu Drask ! Qui serait assez bête pour s'habiller comme ça à part toi de toute façon.

Le léger silence qui suivit tira à Borek un demi-sourire. Puis l'intrus baissa sa capuche pour dévoiler son faciès, sévère et marqué par des lignes, lui donnant des airs d'homme mûr. Deux yeux d'un vert très vif se dissimulait sous les arcades.

-Oh. Je vois. Dit le dénommé Drask en tentant de reprendre contenance. J'imagine que tu n'es pas intéressé de savoir comment je t'ai retrouvé.

Borek secoua la tête, levant une main vers Drask, qui en retour leva un peu plus son arme vers l'autre.

-Ecoute, j'sais pas ce que tu crois qu'il s'est passé, mais tout ça c'était pas d'mon fait ! J'ai juste suivi les ordres bordel ! J'suis comme toi : je fais mes contrats sans états d'âme. Si tu veux t'en prendre au responsable, tu sais vers qui aller !

Drask inclina la tête sur le côté, comme s'il pesait les mots de son compatriote.

-Je n'ai jamais dit que je rejetais toute la faute sur toi. Cependant, ne trouves-tu pas normal de payer ta part ?

-Payer ma... Quoi ?! Attends attends ! Ne fais pas quelque chose que tu pourrais regretter ! On peut s'arranger... Je... Tiens ! Je peux te mettre en contact avec un tout nouvel ordre qui semble bien parti pour faire ce qu'on faisait à l'époque !

Les yeux de Drask fixèrent ceux de son interlocuteur, comme s'il cherchait à savoir si ce dernier lui racontait des histoires. Un silence passa, et Borek reprit, sentant qu'il possédait de quoi marchander.

-Ouais, un groupe quasi-impossible à trouver ! Je suis tombé dessus à force de... Enfin, tu sais. C'est très mystérieux ! Ils te donnent rendez-vous dans un endroit pour voir si t'as ce qu'il faut ! Et... Et on dit qu'il s'agit d'une bande qui marche du tonnerre. Ils ont leur propre repaire, leur propre vaisseau, leur salle des butins est gigantesque et ils accueillent les parias !

Le regard de Borek glissa jusqu'à la menotte qui venait de glisser sur le bras du granok en pardessus. Pendant ce temps, Drask l'écoutait en silence, plissant les yeux.

-Ils pourraient te cacher des juges ! Tu penses qu'ils te laisseront gambader tranquille quand ta tête sera mise à côté de celles d'autres individus recherchés ?

Il s'interrompit enfin, son cœur battant fort tandis que ses yeux allait de l'arme au visage songeur. Finalement, alors que les bruits de voisinage devenaient plus audibles que leur propre respiration :

-Tu as ma curiosité. Dis m'en plus.

Un individu censé aurait négocié là son assurance vie, avant de déballer une information capable de faire de lui un atout. Mais, comme dit plus haut : Borek était un tout petit peu con. Et effrayé aussi. Il raconta tout ce qu'il savait à Drask, qui demeura immobile, l'arme en main. Au final, le granok ne savait que bien peu de choses : entre rumeurs et débuts de pistes. Mais Drask eut ce qu'il cherchait : l'adresse pour prendre contact, ainsi que d'autres informations ne concernant nullement cet ordre secret, que nous tairons ici.

Finalement, alors que Borek ressentait une soif intense, les lèvres sèches, le silence revint à nouveau. Les deux granoks se contemplèrent en silence, l'un aux aguets, l'autre au visage étrangement détendu. Ce visage, d'ailleurs, se mua en un léger sourire, qui n'était ni menaçant, ni complètement sincère.

-Merci Borek.

A l'étage au-dessus, monsieur Potworth, jeune cadre dynamique de la société Rétrofusée & Cie, eut la colère de constater un tressautement important sur les images de sa télé, accompagné d'un bruit sourd et d'un choc venant du rez-de-chaussée. Il grogna mais ne fit rien, comme d'habitude : cela devait venir du sanguinaire et ivrogne granok vivant en-dessous...

Drask posa l'arme en fixant le mur où reposait maintenant une partie des restes de son ancien camarade. Le canapé avait volé en morceau avec une bonne partie du torse et du bras gauche. La tête était introuvable, où flottait sans doute en poussière autour de lui, et une bonne partie de l'intérieur de Borek se trouvait éparpillé sur son pardessus.

Avec une lenteur quasi chirurgicale, il retira ce vêtement, dévoilant un habit rappelant fortement celui des détenus des vaisseaux pénitentiaires exilés. Il lui fallait des nouveaux habits. Aussi se mit-il en quête des possessions de son défunt frère de race, arpentant le petit appartement avec précision et lenteur. Il s'agissait, comme d'habitude, de ne laisser aucune marque.

Observant les tenues extravagantes de Borek, le granok esquissa un sourire de satisfaction. Un ordre sans nom, accueillant des fugitifs. Voilà qui était bienvenu.

-------

Drask fixa pendant une bonne minute le bâtiment en ruine qui lui faisait face. L'endroit n'inspirait guère confiance sur le plan architectural. Franchir des années-lumières dans l'espace pour venir mourir écrasé par une poutre... Voilà qui aurait été dommage.

Drask était un granok comme beaucoup d'autres : grand, imposant, rocailleux. Il possédait des larges épaules mais également un tour de taille confortable. C'était un colosse à bien des points de vues, mais certains des siens devait le dépasser sans mal en terme de musculature. Sa peau dure possédait des reflets verts rappelant certains minerais exotiques. Son visage était sévère et marqué. Il était difficile de lui donner un âge, mais les lignes, tracés, marques et coups habillant ses tempes fuyantes, son front épais et ses joues creusées semblait parfois dater d'il y avait bien longtemps.

Son bras le démangeait au niveau du poignet, et il gratta la veste en cuir ornée d'une tête de mort qu'il portait. Un pantalon militaire trop serré au niveau de ses cuisses et son fessier terminait de lui donner l'apparence d'un loubard spatial quelque peu ridicule.
Drask nota soigneusement dans un coin de sa tête que la stupidité de Borek n'avait d'égale que ses goûts vestimentaires. Puis, bien décidé à mettre à profit les informations qu'il avait recueilli plus tôt, il s'avança jusqu'à la porte métallique, et frappa quatre coups. Pas trois, ni cinq. Quatre.

Après un instant d'incertitude, un vrombissement et des cliquetis se firent entendre, indiquant que la porte se déverrouillait. Drask ressentit le passage d'un doute dans son esprit. Et s'il se trompait ? Il ignorait si Borek lui avait dit la vérité. Peut-être que derrière cette porte se trouvait plus de problèmes que de solutions. Son poignet le démangea à nouveau et il sentit l'acier froid de la menotte peser. Il n'avait guère le choix...

Il n'avait pas fait deux pas à l'intérieur qu'il fut plongé dans des ténèbres passagères. Le temps que ses yeux s'habituent à la différence d'éclairage et repèrent les néons. Cela le fit penser à son ancien emploi. Il eut à peine le temps de contempler la décoration, les étagères, les bibelots, et d'inspirer l'odeur unique du tabac froid, qu'une voix sorti d'un coin de la pièce attira son attention.

-Je suis le notaire, bienvenue. Lança un humain derrière son ordinateur. Remplissez ce formulaire.

Le notaire fit alors glisser vers le bout du bureau sur lequel il était installé une tablette tactile. Drask ne put s'empêcher de noter l'absence de motivation qui semblait emplir ce curieux personnage. Il fit quelques pas et s'assit en face de lui.

-Bonjour. Tenta le granok de sa voix grave.

Le notaire n'eut pas l'ombre d'une réaction à la piètre tentative de communication. C'est tout juste si son doigt ripa tandis qu'il tapait au clavier de son ordinateur. Drask demeura fixe un instant et décida de passer outre le manque de respect flagrant afin de s'assurer de bonnes chances d'entrer.

Il baissa les yeux sur ce fameux formulaire, son doigt effleurant l'écran pour révéler une série de questions à compléter.



IDENTITÉ

Nom et Prénom(s) : Drask.
Surnom : On m'a déjà appelé Doc'. Par rapport à ma profession.
Race : Granok.
Sexe : Masculin.
Âge : J'ai plus de quatre cent ans et je dois avouer avoir légèrement perdu le compte.
Casier Judiciaire : Quelques années au bagne spatial pour meurtres et crimes en bande organisée. Échappé il y a peu, possiblement recherché.
Situation familiale : /
Dossier Médical : /
Compétences – Parcours professionnel : Docteur formé sur le tas. Maîtrise des résonateurs pour le soin et les dégâts. Connaissances basiques de diverses anatomies (humaine, aurin, draken, granok). Connaissances basiques et avancées de divers traitements contre maladies, épidémies et maux de l'espace. Connaissance basique en chimie.

Ancien homme de main d'un gang à bord d'un Vaisseau-Arche. Capable de remplir des missions diverses comme le nettoyage d'une scène de crime, la livraison d'un message, la prise de contact avec un indicateur, la gestion d'un petit traffic illégal et bien sûr les besognes les plus expéditives.

Employé de nombreuses années à rafistoler les malfrats et faire disparaître les blessures suspectes sur les morts. D'où le surnom de Doc'.




EXAMEN PSYCHOLOGIQUE

Imaginez-vous dans les situations listées ci-dessous, et décrivez la façon dont vous réagiriez.

Une bagarre éclate dans une taverne bondée de monde, et quelqu'un finit par renverser votre verre.
Que voilà une bien mauvaise fortune. Il s'agit d'un lieu public. N'allons pas causer plus de tort en faisant une scène. De simples excuses et un nouveau verre devront faire l'affaire.

À Thayd, un mendiant - d'une race différente de la votre - s'approche en vous suppliant de lui laisser quelques pièces.
Si le quartier dans lequel il se trouve m'intéresse, je lui propose de lui fournir hebdomadairement un salaire (de misère) contre ses yeux et ses oreilles. Un indicateur a bas prix est toujours une bonne chose.
Sinon, je l'ignore.


À Thayd, un mendiant - de même race que la votre - s'approche en vous suppliant de lui laisser quelques pièces.
Même chose.

Vous découvrez le corps sans vie et mutilé d'un membre de votre faction dans les plaines sauvages de Galeras. Le plandragon à l'origine du massacre est loin. Personne aux alentours.
Je fouille le cadavre pour récupérer un possible butin. Argent, équipement, vivres, etc...
Je laisse ensuite le cadavre à sa place. A moins que la cause de sa mort ou les marques et blessures soient vraiment singulière et méritent d'être admirées par d'autres.


Un supérieur hiérarchique vous donne un ordre qui va à l'encontre de vos principes les plus essentiels.
Je refuse. Fort heureusement je possède peu de principes qui pourraient me pousser à agir de la sorte. Je crois au professionnalisme dans la branche qui est la notre.
Toutefois, si cela arrive, le supérieur ferait bien de ne pas trop insister.


On vous propose un travail grassement payé et pas forcément très légal, qui implique une transaction avec un groupe de membres du Dominion.
Je ne possède pas de problèmes à oeuvrer pour le Dominion, tant qu'il s'agit de ne pas leur faire gagner la guerre. Je pense que personne parmi nous ne souhaite voir ce qu'il arrivera le jour où l'ennemi sera vainqueur.

Vous vous retrouvez au centre d'un conflit armé opposant des troupes militaires Exilées et du Dominion.
J'aide bien entendu les Exilés et je tue les soldats du Dominion sans retenu, à moins d'un ordre contraire.

Au détour d'une ruelle, vous apercevez une jeune femme vêtue de haillons se faire violemment agresser par deux Granoks à l'air moribonds.
Combat de rats d'égoût peut-être ? La vie est injuste et à moins que cette femme ne cache de l'argent dans ses misérables habits, je ne ferais rien. Si je devais commencer à chasser tous les criminels et gredins, j'en aurais pour longtemps.

Vous avez une petite fringale. Un restaurant chic, une cantine populaire, des miettes de pain au fond du sac, etc... les possibilités sont nombreuses.
Je choisis la cantine populaire et je me perds dans la foule. Parfois on peut y entendre des rumeurs intéressantes. Lorsque j'ai le choix, toutefois, je dois reconnaître que j'ai une tendance à choisir des mets de qualité.

Un individu peu recommandable vous propose de lui acheter – à bon prix – de la poudre de larves Lopps, en vous vantant ses qualités hallucinogènes et psychotropes.
Très intéressant ! Cela pourrait aider de nombreux patients à supporter des douleurs mentales ou physiques ! Un bon docteur se doit de tester sa propre médecine avant, bien évidemment.

Lors d'une conversation de comptoir, vous entendez un Aurin parler de ses croyances, et du lien fort qu'il entretient avec la nature.
La dévotion de certains envers de faux esprits et divinités m'amusera toujours. Je peux toutefois respecter l'envie de croyance d'un autre, ayant moi-même une foi.

Vous rencontrez un Mordesh qui exprime toute sa haine envers le professeur Lazarin. Un humain rétorque que les Mordesh, ces bêtes de foire, n'ont rien à faire parmi les Exilés.
Chacun est libre de son opinion. Je trouve pour ma part que les Mordeshs sont une race fort intéressante à côtoyer. Connaissez-vous beaucoup d'autres races capable de placer la survie au-dessus de toute humanité ? Sans parler de leur sérum et autres créations alchimiques. Des êtres brillants, vraiment !

À Algoroc, une foule s'est rassemblée autour de l'Amiral Brightland qui donne un discours enflammé sur la fierté qu'il éprouve d'être un Exilé.

Je prête attention pour faire bonne figure. Bien que je suis reconnaissant aux exilés pour leurs sacrifices, le patriotisme ne fait guère partie de mes forces.


Drask s'assura qu'il était bien parvenu au bout de la page avant de confirmer les informations qu'il venait de remplir et de reposer la tablette sur la table. A peine avait-il lâché l'appareil que le notaire s'en emparait pour la connecter à son ordinateur, reprenant son travail muet et visiblement sans fin.

-Je dois reconnaître que votre tablette était adapté à mes doigts quelques peu épais.

La touche espace, trois voyelles et deux consonnes furent la seule réponse qu'il obtint.

-Pourriez-vous transmettre un message à vos supérieurs de ma part ? Je sais qu'il s'agit de quelque chose d'extrêmement cavalier mais j'aimerais qu'il comprenne que j'ai besoin de ce qu'ils proposent pour m'abriter d'une éventuelle et très discutable justice. Je n'oublierais certainement pas toute aide qui me sera apportée en des temps si... Difficiles.

Le notaire redressa la tête, sans interrompre son travail, et Drask lui adressa un sourire se voulant aimable... Et le plus vrai possible.

-Nous vous contacterons pour vous aviser de notre décision. Vous savez où est la sortie.

Le notaire pointa du doigt la porte et Drask prit une profonde inspiration avant de se lever pour se diriger vers la susnommée sortie.

-Merci de votre aide. Bonne journée. Lâcha-t-il avant de refermer la porte.

Il se retrouva à nouveau sur le soleil puissant et plissa les yeux. Des passants l'observèrent dans sa tenue superbement ridicule et le granok serra les poings tandis que sa mâchoire se crispait.

Ce n'était pas le manque de respect, il en avait plus ou moins l'habitude, ou même la conduite de l'humain, ou le fait qu'il n'avait aucune idée de ses chances, ou du temps qui lui restait avant d'être attrapé par les juges. Ce n'était pas non plus d'avoir enfin rattrapé et tué Borek, ni d'avoir une piste pour le prochain sur la liste. Non.

C'était un peu de tout.

Il prit une profonde inspiration et musela sa colère, l'emprisonnant avec le reste de ses violentes aspirations, sous une épaisse couche de calme et de bonnes manières. Il fallait faire bonne figure, comme toujours.
avatar
Drask

Race : Granok
Classe : Toubib
Vocation : Explorateur
Messages : 61

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Drask, Doc' Drask ! [ACCEPTÉ]

Message par Drask le Mar 10 Juin - 22:17

HRP:

- Quel est le niveau de votre personnage ? 11. Mais c'est mon main et ça monte, et ça monte.
- S'agit-il d'un personnage joué fréquemment où plutôt rarement ? Fréquemment, du coup. Quasi exclusivement d'ailleurs. Je banni les rerolls pour le moment, mon fléau, comme beaucoup d'autres personnes.
- Quelle est l'origine de votre intérêt pour le Consortium ? Cf. La Confrérie Des Ombres, Cf. Le Treizième Arcane. J'adore le GM, j'aime bien l'univers et le contexte. Bref, je sens qu'on va bien se marrer.
- Qu'attendez-vous de notre guilde, et que pensez-vous pouvoir lui apporter ? J'attends du RP et une communauté de membres soudés. Ça fait BIEN longtemps que je n'ai pas pu RP et faire évoluer un personnage sur un MMO. En échange je peux offrir ma personne à côtoyer, mais ce n'est pas vraiment un gain. Je tâcherais également deux proposer du RP sans attendre que tout vienne de l'équipe, bien sûr !
- Avez-vous bien pris connaissance de notre Charte HRP ? Avez-vous des remarques ou des questions ? Non. Tout me semble très clair et bien.
- Avez-vous des ambitions ou des attentes particulières en ce qui concerne le PVE et/ou le PVP de haut-niveau ? Je suis pas conte du PvE en groupe d'amis. Avec de la détente et du wipe. Mais ce n'est pas une priorité.
- Des remarques en général ? Mort aux aurins.
avatar
Drask

Race : Granok
Classe : Toubib
Vocation : Explorateur
Messages : 61

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Drask, Doc' Drask ! [ACCEPTÉ]

Message par Ankouro Van Tassel le Jeu 12 Juin - 19:50

Voilà la candidature d'un médecin comme il n'avait jamais eu l'occasion d'en rencontrer, pensa Tristesire en lisant le rapport du Notaire concernant le dénommé Drask. Un individu intéressant, qui mérite que l'on s'y intéresse, pensa-t-il. Il possède vraisemblablement toutes les qualités d'un agent du Consortium, et le Mordesh avait hâte de le rencontrer en face à face pour s'en assurer.

Drask n'allait pas tarder à recevoir la visite du Notaire, qui lui fournirait tout ce dont il aurait besoin pour un entretien.

(HRP : Plop toi ! Une trèèèèès chouette candidature, mais je ne m'attendais pas à autre chose de ta part, héhé. Je vais donc devoir t’appeler Drask maintenant ? Ça commence à faire beaucoup de pseudos à retenir ! Enfin bref, tous les détails de l'entretien te seront envoyés par MP ! Pour une date et une heure, on en discutera ensemble, mais ce ne sera malheureusement pas avant la semaine prochaine. On en reparle très vite !)
avatar
Ankouro Van Tassel
Conseiller

Race : Mordesh
Classe : Rôdeur
Vocation : Savant
Messages : 318

Voir le profil de l'utilisateur http://wildstar-jdr.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Drask, Doc' Drask ! [ACCEPTÉ]

Message par Ankouro Van Tassel le Sam 21 Juin - 14:46

Drask a rejoint le Consortium.
avatar
Ankouro Van Tassel
Conseiller

Race : Mordesh
Classe : Rôdeur
Vocation : Savant
Messages : 318

Voir le profil de l'utilisateur http://wildstar-jdr.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Drask, Doc' Drask ! [ACCEPTÉ]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum